Contre le doctorat Honoris Causa de Pascal Lamy

Facebooktwittergoogle_plusmail

Ce lundi 3 février 2003, M. Pascal Lamy, commissaire européen au commerce
extérieur, se verra décerner par l’Université catholique de Louvain (UCL),
le titre de Docteur Honoris Causa.

Plusieurs citoyens et organisations, scandalisés par cette nomination, ont
décidé de réagir, notamment par une pétition dont vous trouverez le texte
ci-dessous. Cette pétition est signable en ligne.

Nous, soussignés, citoyens ou organisations, membres ou non de la
communauté universitaire louvaniste, souhaitons exprimer notre
désapprobation et notre déception face à la nomination au titre de Docteur
Honoris Causa de l’Université catholique de Louvain de M. Pascal Lamy,
commissaire européen au commerce extérieur.

Nous considérons que son action en tant que commissaire, et plus largement
les politiques promues par la commission européenne lors del’ouverture d’un nouveau cycle de négociations commerciales dans le cadre
de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) baptisé « cycle du
développement », ont contribué et contribueront vraisemblablement à
aggraver les excès et les dérives inhérentes à la globalisation
néolibérale, tels que la paupérisation croissante d’une large partie des
populations du sud et la marchandisation progressive et insidieuse des
espaces et des biens publics partout dans la planète.

Nous pensons particulièrement à l’ouverture des négociations des Accords
Généraux sur le Commerce des Services (AGCS), qui, par exemple, en
favorisant la libéralisation du « marché de l’éducation », font peser des
menaces sérieuses sur les finalités d’émancipation sociale et
intellectuelle pour le plus grand nombre que doit avoir l’enseignement. Il
nous est difficile d’accepter qu’une université bénéficiant largement des
ressources publiques et promouvant les valeurs démocratiques confère un
titre honorifique à celui qui par son rôle institutionnel négocie la
position européenne auprès de l’organisation mondiale du commerce dans le
plus grand secret et au mépris des règles de consultation des citoyens ou
d’information sur les positions défendues.Nous pensons par ailleurs
particulièrement au double jeu de la Commission consistant à faire
pression afin d’imposer l’ouverture et la dérégulation des marchés des
pays en développement alors même qu’elle continue à subsidier son
agriculture et à protéger son industrie. Nous rejetons la logique même de
la politique commerciale européenne qui continue à assimiler – lorsqu’il
s’agit des pays en développement – ouverture débridée et croissance en
dépit des leçons des vingt dernières années…

Par la présente nous entendons faire écho aux nombreuses réactions
d’incompréhension et de frustration ayant eu lieu à l’intérieur et à
l’extérieur de la communauté universitaire face à cette forme décevante de
caution symbolique.

Signer la pétition